The University of Hong Kong, School of Modern Languages and Cultures
HKU Home Faculty of Arts
GO!
The University of Hong Kong
Home
About the School
Staff
News & Events
Research
Undergraduate
Postgraduate
Facilities
Study Abroad
Scholarships & Prizes
Career Planning
Alumni
CPLL Courses
 
Contact Us
News List | << Previous News | Next News >>
Talk: Auguste Borget in China
 
 
Date: 5 October 2016 
 
French Programme, School of Modern Languages and Cultures HKU has the pleasure of inviting you to the talk:

Auguste Borget in China
 
La Chine de Borget
par Véronique Bui
 
Mercredi 5 octobre 2016
13:30 – 14:20
Rm : CPD G.02
Centennial Campus
The University of Hong Kong
 
Of all the countries Auguste Borget visited during his tour of the world, China is the one that marked him, had his preference and inspired him the most. On his return to France in 1840, he drew from his drawings made from nature, an illustrated travelogue, China and the Chinese, notoriously commented by Balzac, and some of his paintings were bought by King Louis-Philippe. But if Borget, as a French painter having visited China, became a benchmark for the illustration of this country, his amazed vision of the Celestial Empire and his watchful eye on the Chinese were at odds with the standard Western representations of the time. Would this be the reason why Borget receives so little notoriety nowadays in his native land?

De tous les pays qu’Auguste Borget a visités au cours de son tour du monde, la Chine est celui qui l’a le plus marqué, qui a eu sa préférence, qui l’a inspiré. Rentré en France en 1840, il tire de ses dessins, réalisés d’après nature, un récit de voyage illustré, La Chine et les Chinois, et des tableaux que le roi Louis-Philippe lui achète. Mais si Borget, en tant que peintre voyageur français s’étant, effectivement, rendu en Chine devient une référence en matière d’illustration de ce pays, sa vision émerveillée de l’Empire Céleste et son regard bienveillant sur les Chinois ne corroborent pas les représentations occidentales de l’époque. Plus encore que la question du talent, n’est-ce pas ce décalage qui est à l’origine de son peu de notoriété dans sa terre natale?
 
Véronique Bui est maître de conférences à l’Université du Havre. Ses recherches portent sur la littérature française du XIXe siècle et se concentrent désormais sur les échanges littéraires et artistiques entre la France et la Chine au XIXe siècle. Elle a rédigé deux articles pour un numéro du Courrier Balzacien consacré à La Chine et les Chinois de Borget et à son compte rendu par Balzac (octobre 2012). Elle a organisé, en 2014, à la Maison de Balzac à Paris, le colloque «Balzac et la Chine / La Chine et Balzac».
 
En présence également de Loïc Stavrides, critique d’art, historien de l’art, écrivain et expert agréé en peintures exotiques du 16e au 19e siècle, et d’Agnès Delannoy, conservateur en chef et directrice des musées de la Ville de Bourges.
__________________________________________________________________________________________________________
 
Ce séminaire se tient en marge de l’exposition « Auguste Borget : A Painter-Traveller on the South China Coast », du 29 juin au 9 octobre 2016, coordonnée par le Musée d’Art de Macao, avec la collaboration de l’Alliance française de Macao et le Consulat général de France à Hong Kong et Macao. Cette exposition est la plus importante jamais organisée sur l’œuvre d’Auguste Borget et la Chine, rassemblant près de cent trente pièces, dont la célèbre « Vue d'un grand temple chinois à Macao » présentée au Salon de 1841 et achetée par le roi Louis-Philippe, provenant de diverses collections publiques (Issoudun, Châteauroux, Bourges, Sèvres, Hong Kong et Macao) et privées.
 
 
     
Home | Contact Us back to top